Archives de catégorie : Newsletter

Description de la catégorie à définir : l’institut > newsletter

Newsletter #4

 » Être en quarantaine, le bouddhisme appelle cela une retraite. Dans la grotte de notre maison, comme les méditants des temps anciens, nous pouvons allumer consciemment la lampe de la compassion et de la connexion » Lama Willa Miller

Om Shanti et bonne lecture ! JCG

Le Yoga « chemin vers la plénitude » …

Voici l’histoire racontée par André Van Lysebeth, dans l’un de ses séminaires en Suisse :

Un cavalier solitaire montant un pur-sang arabe à la robe blanche-immaculée s’aventure dans le désert…, après des jours et des jours, il voit au loin un autre cavalier venant de la direction où il va, montant lui aussi un pur-sang arabe à la robe noir splendide.

Lorsqu’ils se croisent, ils se saluent, le premier dit « As-salam alaykom  » et le second répond « Wa Alykom As-slam ».
– Le premier un riche marchand demande : « Qui es-tu ? »
– Le second répond « Je suis la peste »…
Où vas-tu ?
A Dallas …
– Combien de gens vas-tu faire mourir de la peste ?
– 2 millions…
– Mais c’est beaucoup trop…

Et ils discutent comme des marchands de tapis autour d’une tasse de thé à la menthe sucré… A la fin de négociation, le marchand a obtenu du seigneur de la Peste Noire, seulement 500 000 mille morts. Et chacun part dans sa direction…

Quelques années plus tard dans le même désert sur le chemin de retour le riche marchand à la magnifique monture blanche croise le seigneur de la Peste noire, mais celui-ci est accompagné d’un autre cavalier à la mine altière.

« As-salam alaykom » « Wa Alykom As-slam »
La Peste Noire, prend la parole :
As-tu fait de bonnes affaires ?
Oui, excellentes, mais franchement je ne suis pas content, tu m’avais promis de tuer seulement 500 000 personnes or, il y a eu plus de deux millions de décès…, tu m’as menti…
« Désolé, mais non j’ai tenu ma promesse je n’ai tué que 500 000 personnes. »
– « Mais alors tous les autres… »
– « C’est mon compagnon, ici présent… »
– « Et qui es-tu toi ? »
– Je suis la PEUR… »

Renforcer votre système immunitaire
Le moyen le plus efficace pour renforcer votre système immunitaire est de réduire le stress, ce qui est l’un des avantages du yoga. Restez donc attentif à une saine pratique douce du Yoga, non gymnique et quotidienne (ne serait-ce que 15 à 20’).
Yoga et réduction du stress
Exemples de pratiques de réduction du stress pour différents âges et conditions : Yoga-Nidra, Pranayama, technique de méditation, do-in, etc.

Le sommeil
Les recherches actuelles démontrent clairement l’influence du sommeil sur l’immunité et sur les fonctions cognitives et révèlent l’importance de la durée du sommeil, de sa régularité et de sa qualité. Un sommeil sain est un des facteurs clés d’un bon système immunitaire et la pratique du yoga peut nous aider à dormir. Si c’est le soir alors il faut un yoga très doux et lent…

Avoir une alimentation équilibrée
Au milieu de tout cela, faites de votre mieux pour maintenir une alimentation saine et variée.

Gardez des liens relationnels
Restez en contact étroit avec vos amis et votre famille, même à distance grâce à WhatsApp, Skype, Face-Time ou autres…

En conclusion

  1. Pratiquez un yoga doux de préférence le matin. Cette pratique matinale favorisera l’endormissement et le sommeil réparateur. …
  2. Faire un dîner léger, nécessaire, au moins 2 heures avant le coucher. Il y a des liens entre alimentation et sommeil.
  3. Gardez des liens relationnels

Gardez la forme
ou la retrouver avec des compléments alimentaires

La médecine conventionnelle n’a d’autre possibilité que les traitements symptomatiques faces aux attaques de ce virus. Les médecines dites alternatives misent sur les moyens préventifs afin d’augmenter les défenses naturelles de l’organisme.

Pour stimuler votre immunité et aider votre organisme je vous conseils quatre produits :
La vitamine Cliposomale (contribue à réduire la fatigue et à maintenir le fonctionnement normal du système immunitaire pendant et après un exercice physique intense). Prendre 1 à 2 gélules par jour le matin.
Gemo-Vir, le grand protecteur de l’organisme (Cassis, Argousier et Aulme) efficace en cas d’infections aigues. Prendre en dehors des repas 7 gouttes matin et soir, diluées dans un grand verre d’eau.
Roy-Eau Astragale, cette plante a des propriétés adaptogènes, elle est traditionnellement connue comme tonique et énergisante, elle a un potentiel antiviral, etc. Prendre une ampoule matin et soir diluée dans un verre d’eau, avant les repas
Royal Haarlem Capsules, l’huile de Haarlem est un produit exceptionnel pour la sphère respiratoire, riche en souffre organique stimulateur et antiseptique. Prendre, 1 capsule par jour 15’ avant le repas.

Les remèdes Ayurvédiques
pour renforcer le système immunitaire

Guduchi = Tinospora cordifolia : augmente la quantité de globules blancs actifs et nettoie le sang

Amla, une source naturelle de vitamine C. La vitamine C renforce le tissu conjonctif ; ainsi des germes ne savent pas entrer si vite. Elle renforce notre immunité en aidant les globules blancs à se mobiliser pour lutter contre toute infection et augmenter ainsi notre protection contre les maladies. 

Chyavanprash, une pâte d’amla et d’épices qui augmente l’immunité Golden milk avec du curcuma, gingembre, cannelle chinoise, etc. 

Neem thé, son goût amer nettoie le foie et renforce le système immunitaire (qui aura moins de travail) 

Savon au neem, pour se désinfecter les mains et ainsi mieux nous protéger…

Prenez soin de vous et de vos proches

Om Shanti,

JC Garnier

Ashtanga Yoga News Letter 2

Bonsoir, Voici de quoi alimenter votre feu intérieur dans cette nouvelle Newsletter à la veille de Noël. Avec de bonnes résolutions de fermeté, de stabilité et d’endurance, prises pour l’an nouveau, vous repartirez de plus belle pour mettre en œuvre votre Sādhana Om Shanti et bonne lecture ! Jean Claude Garnier

 

Comment un mot ĀSANA amène une reflexion globale sur le yoga
Āsana आसन
Āsanam = posture de méditation
La racine verbale ĀS signifie : « s’asseoir »
Le suffixe «ana », signifie : « le fait de faire »
Āsana signifie donc littéralement « le fait de s’asseoir ou d’être assis »
« C’est cette croyance en un ordre cosmique, dont le rôle de l’art était de capturer, de rendre visibles les principes, qui a servi de base à l’établissement de la théorie de tous les arts dans l’Inde ancienne. »
Alain Daniélou (Approche de l’hindouisme).
Comme l’exprimait Sri T. Krishnamacharya, le yoga, c’est le cadeau de l’Inde au monde. Si on regarde attentivement, toutes les disciplines corporelles (gymnastique, aérobic, culture physique, danse, thérapeutique du corps et de l’âme comme la psychanalyse, etc.) ont emprunté quelque chose à cette science, connue depuis des millénaires en Inde. Pourtant, le Yoga classique est méconnu et il circule de nombreuses fausses idées sur ce sujet.

Le Yoga
Pour beaucoup d’occidentaux, le yoga, c’est uniquement le hatha-yoga (Haṭhayoga हठयोग), c’est-à-dire les exercices physiques, les postures ou « āsana ».
Approfondir le yoga, ce n’est pas apprendre une nouvelle posture de plus, ni de pratiquer une heure de plus chaque jour la méditation…
Il s’agit d’élargir le champ de sa conscience par le yoga de la connaissance : le jñānayoga ; le champ relationnel par le yoga de l’adoration : le Bhaktiyoga ; le champ de l’action écologique par le yoga de l’action : le Karmayoga.

Le Yoga n’est pas une discipline ésotérique mystico-fumeuse parfumée d’encens. Le yoga est une science exacte du corps en statique et en mouvement s’appuyant sur des connaissances d’anatomie et de physiologie, le prāṇāyāma est une science de la respiration s’appuyant sur des connaissances de la dynamique des fluides et de la circulation des flux nerveux, ce sont des sciences extrêmement cartésiennes qui ont été observées et répertoriées depuis des millénaires.

Avec la mondialisation, le yoga c’est dilué
Aujourd’hui le Yoga est connu dans le monde entier, malheureusement, il a été dépouillé de son contexte traditionnel y compris par de nombreux maîtres indiens pour le rendre plus accessible aux occidentaux (Desikachar, BKS Iyengar etc…). Il y a perdu de sa substance, de son authenticité…
Sri Tirumalai Krishnamacharya a étudié un peu plus de 3000 postures de Yoga de son maître Ramamohan Brahmachari dans une grotte proche de Manas Sarovar au Tibet. Dans son livre « Light on Yoga », BKS Iyengar en décrit seulement 602 ; Sri K Pattabhi Jois en enseignait à peu près autant si on pratique les six séries… Le Yoga Bikram se constitue de 26 postures, André van Lysebeth dans sa série dite de « Rishikesh » n’enseignait que 12 postures de base…
Il est évident que le Yoga s’est dilué…

La définition du Yoga :
Le mot « Yoga », vient de la racine sanskrite « Yug », qui veut dire lier, unir ou encore diriger et concentrer son attention. C’est donc une pratique qui amène progressivement le pratiquant à intégrer, au corps le plus matériel (le corps grossier) les différents corps internes ou corps subtils pour d’arriver ainsi jusqu’à l’âme. Pour cela nous utilisons les postures (āsana), les techniques respiratoires (prāṇāyāma), la concentration (dhāraṇā), l’écoute intérieure (pratyāhāra) et la méditation (dhyāna).

Les Yogasūtra
Patañjali,
dans son ouvrage sur le Rāja Yoga, les Yogasūtra (196 sūtra) décrit les principes et les techniques de réintégration psycho-physiques, c’est un manuel expliquant clairement comment pratiquer, comment aller du point alpha au point oméga. C’est une sorte de cartographie, de « GPS » sur la route du Samādhi.
Patañjali, sur les 196 aphorismes n’utilise que trois fois le mot «āsana »… il ne parle pas de « posture » du chien, du chat, ni du cochon ou du corbeau sur son arbre perché…, il parle de droiture, d’être bien dans son assiette, dans son équilibre physique et mental, il parle donc de la recherche du juste équilibre et attitude mentale intérieure dans les nombreuses possibilités du champ de la conscience.

Les Yogasūtra sont composés de quatre chapitres

  1. Samādhi-Pāda (समाधि)
  2. Sādhana pāda  साधन
  3. Vibhūti pāda  विभूतिपाद
  4. Kaivalya pāda कैवल्य

Dans le premier chapitre, du Samādhi-Pāda (समाधि), Patañjali décrit le Yoga et les moyens pour atteindre ce but, il ne s’agit pas d’être bien avec soi-même, mais d’ÊTRE. Cette quête de l’Unité, qui passe par l’Unité avec son Soi, puis avec l’Absolu, avec l’Univers…

Dans le deuxième chapitre, la Sādhana pāda, Patañjali décrit la pratique spirituelle, les purifications du corps et du mental par la pratique du kriyā yoga, c’est à dire la purification par l’auto-analyse et le développement de la prise de conscience de soi ; et l’aṣṭāṅgayoga, les huit parties du Yoga.

YS 2.29 (Sādhana pāda, chapitre de la pratique spirituelle), dans ce sūtra, Patañjali décrit le cheminement pour atteindre le samādhi :

Yama-niyam-āsana-prāṇāyāma-pratyāhāra-dhāraṇā-dhyāna-samādhayo’aṣṭāvaṅgāni
La pratique des postures ou āsana(s) constitue la 3ème, des huit étapes du yoga. Les postures mettent fin à l’agitation corporelle et rassemblent les énergies éparses. Elles ont pour but de remédier aux faiblesses de l’organisme et d’améliorer le système métabolique donc la santé globale. L’éveil de la conscience, amène à l’éveil de l’intelligence sensorielle, émotionnelle et à la lumière de l’âme.
Après avoir parlé des yama et niyama (YS 2.30 à 2.45), Patañjali aborde la posture et le prāṇāyāma. Ce sūtra ne contient que 3 mots mais il nous révèle pourtant l’essence des postures de yoga.
YS 2.46 (Sādhana pāda, chapitre de la pratique spirituelle)
Sthira sukham āsanam
Que l’on peut traduire par : La posture (āsana) doit être stable et immobile, ainsi que confortable.

sapin

Om Shanti,
JC Garnier

Ashtanga Yoga News Letter 3 : Mars 2019

Le Yoga «chemin vers la plénitude»…

Hindu Trinity

La «Trinité hindouiste», Brahma, Vishnū, Ćiva.

Sur le chemin de l’intuition de la «non-dualité», nous essayons d’être cohérent et pourtant si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes nous savons combien c’est difficile. Par exemple, on vous demande de vous tenir droit, nous pensons et ressentons que nous sommes verticales, mais si on se regarde dans un miroir, nous allons voir que c’est une illusion, nous avons une épaule plus haute, la tête inclinée sur un côté, le bassin en rotation, un genou plié, le ventre en avant ou en arrière, plus d’appui sur un pied, etc. Bref, nous sommes tordu. Il en est de même dans la pratique posturale du Yoga «āsana» (devanāgarī : आसन). Nous avons besoin d’un regard extérieur pour nous redresser, nous détordre, nous aligner, nous verticaliser.

Lors de sa première rencontre avec Guruji (Śrī K. Pattabhi Jois), Anne a exprimé «c’est étrange, mais pour la première fois de ma vie, j’ai fait l’expérience qu’une personne étrangère à moi-même savait mieux que moi ce qui était bon pour moi… et je lui ai fait confiance…».

C’est dans cette qualité relationnelle qu’existe la transmission du Yoga. C’est une relation d’amour, sans amour on ne fait rien de valable, on ne peut atteindre le «Royaume des Cieux» pour un chrétien, ou ce que nous appelons la «Réalité Profonde» dans le Yoga.

La pratique du Yoga mālā, c’est un travail de précision (venant du latin prae-cisus), c’est-à-dire «sans scission», sans division de la respiration, du mouvement, de la concentration, du rythme etc. C’est un travail de réunification, d’unification. Les hindouistes, comme les chrétiens pourraient dire vivre l’état relationnel de la «Trinité».

Le trois n’est pas deux, deux n’est pas un… La Trinité n’est pas une dualité et la non-dualité «advaïta» (devanāgarī : अद्वैत), n’est pas l’Unité. il s’agit d’un Un articulé entre le «je» et le «tu» de nous-même, d’un UN relationnel…

«Oh yoguin, ne pratique pas le Yoga sans vinyāsa…»
Vāmana
Ṛṣi (devanāgarī : वामन ऋषि), Yoga Korunta 

Le quatrième śloka du Yoga Korunta exprime :

« Trī stanam avalokayé

Āsanam prānāyāma dristhihi »

Traduction

« Les trois points importants de la méthode sont :

La posture, la respiration et la concentration du regard. »

Commentaire de Shri K. Pattabhi Jois

La méthode du   consiste en trois points qui sont pratiqués simultanément :

  1. La posture Āsana : Le dos droit pour allonger et étirer la colonne vertébrale, pour assurer une bonne circulation du sang ;
  1. La respiration prānāyāma : La cage thoracique bien ouverte pour que la respiration soit bonne, longue et douce ;
  1. Dristhihi : La tête dans l’alignement et le regard dirigé sur l’un des neuf points de concentration pour que l’esprit soit concentré. De cette manière, dans votre pratique, vous ne serez plus troublé par ce qui se passe autour de vous ou à l’intérieur de vous.


Om Shanti,

JC Garnier