Archives par étiquette : Rabindranath Tagore

Les hôtels Daphné

« Le voyageur doit frapper à toutes les portes
avant de parvenir à la sienne. »
Rabindranath Tagore

Loger dans l’un des hôtels de Ramesh, un ami de très longue date (plus de 20ans), c’est s’assurer d’une bonne organisation et d’une grande propreté. S’il peut vous rendre service, il le fera toujours avec beaucoup de plaisir. Et, il parle un peu de français.

Il dispose de quatre hôtels tous bien situés :

  • Hotel Daphne, le préféré de nombreux yogi(s) et yogini(s) patio verdoyant et fleuri, très propre et calme.
    Prix : entre 600 et 3000 Rs
    17, Ottavadai Cross Street.
    Mahābalipuram
    603 104 Tamil Nadu
    Téléphone : +91 94441 84060
  • Hotel Blue éléphant, au dessus du restaurent du même nom, où l’on sert on délicieuse cuisine indienne. (en face du très célèbre Moonrakers Restaurant), nous avons un faible pour les chambres du haut avec terrasse et au calme.
    Prix :  600 Rs
    No. 39, Othavadai Street,
    Mahãbalipuram,
    603 104 Tamil Nadu
    Téléphone : +91 94444 53772
  • Hotel Daphne Beach, face à l’océan…toutes les chambres bénéficient d’une terrasse commune, le vent venant du large est bien agréable. Sur la longue plage de sable, les barques et filets de pêche sont alignés… sur la gauche au loin, le Sea Shore Temple, se dresse fièrement, défie le temps, l’océan et les embruns. Construit au VIIème siècle, c’est l’un des plus vieux temples de l’Inde du sud.
    Prix : Entre 1200 & 1500 Rs
    Téléphone : +91 9444453772
    Mahãbalipuram, 603 104 Tamil Nadu – Inde
    Téléphone : (0091) 411 42 42 811
  • Meya Beach Walk Hotel 

    Kings Nagar, East Coast Road – venant de Mahabalipuram, il faut tourner à droite après la station d’essence « Indian Oil Petrol” , 603104 Mahabalipuram, IndeMaya Beach Walk Hôtel, a été créé en 2017, il est situé à 3 minutes à pied de la plage.
    L’hôtel dispose d’une terrasse bien exposée et avec vue sur la mer.

    Un parking privé gratuit est disponible sur place.

    Toutes les chambres de cet hôtel sont climatisées et équipées d’une télévision par câble à écran plat. Certaines comprennent un coin salon où vous pourrez vous détendre. Les chambres comprennent une salle de bains privative pourvue d’une douche & WC.
    La réception est ouverte 24h / 24
    Eau chaude 24h / 24.

    Chaque chambre à une terrasse équipée d’un coin salon.
    Au choix soit, chambre à lit double ou à lits jumeaux

    Sur la terrasse, se trouve le restaurent The BHAKAYA BEACH VIEW, avec vue sur la plage où vous pouvez dîner en plein air.

    L’hôtel propose également un service de location de vélos.

    Prix : 2450 Rs

 

Site web : http://moonrakersrestaurant.com

Email :     hoteldaphne1@yahoo.com

Les différentes formes de musique en Inde

En Inde, comme vous le savez, tout a une origine divine. La musique vient donc des dieux. Brahma, le Créateur, a créé l’univers, le monde, par le son primordial – le chant « Ôm ».

Brahma, le Créateur, est donc un chanteur. D’ailleurs, tous les dieux de la mythologie indienne sont des musiciens : Shiva joue du damaru, Ganesh joue du mridang, Hamunan joue des cymbalettes sur poignées ainsi que du mridang, Sarasvati, elle, joue de la vina tandis que Krishna joue du bansurî, etc.

Il y a même un orchestre céleste, composé de musicien : les ghandarvas.

La musique indienne est très diversifiée. On peut la diviser en deux catégories, l’une consacrée à l‘expression dans les temples pour le Divin, l’autre destinée au plaisir du roi, des princes et au divertissement populaire.

Avec le temps et les changements géo-politique (invasions), la musique classique s’est scindée en deux ; celle du Sud, dite « carnatique » et associée à la danse, et celle du Nord, dite « Hindoustanie », intégrant l’influence Musulmane et Moghols.

Les instruments de base dans la musique carnatique sont la vina (un instrument à corde, appelé sarasvati vînâ ou vînâ carnatique) et le mridangam (long tambour à double frappe). L’ensemble est accompagné par la « tambura » (appelée « tampura » au Nord), qui produit un bourdonnement harmonique tout le long du concert (hélas remplacé aujourd’hui par un appareil électrique).

Au nord, c’est le sitar ou le sarode qui est utilisé, accompagné de tabla et dhaga. Célèbre instrument de percussion, le tabla a un son mâle tandis que la Dhaga a un son féminin. L’ensemble est accompagné par la « tampura ». 

La musique classique indienne est basée sur des principes mathématiques rythmiques. C’est sur ces bases ou structures rythmiques que le musicien va pouvoir à loisir improviser. Si la musique classique n’a pas de partition, il y a cependant des règles très strictes (on ne fait pas m’importe quoi).

Le raga définit le cadre mélodique du morceau joué. À chaque raga est associé un sentiment, une saison, un moment de la journée (aube, crépuscule, etc.).

La musique populaire 

A l’époque moderne, la musique populaire la plus répandue provient des films de type Bollywood inlassablement diffusée sur les chaînes TV et de radio, et même sur les téléphones portables. C’est une musique romantique, éclectique, qui intègre, en plus des orchestrations indiennes, des influences occidentales grecques, africaines, jazz, sud-américaines, etc.

La pop indienne connait aussi un succès grandissant ces dernières années. Elle représente plus de 30 % de la diffusion de la chaîne MTV-Inde.

La musique folklorique 

Il y a, en Inde, autant de musiques folkloriques qu’il n’y a de langues…et d’instruments de musique souvent fabriqués par les musiciens eux-mêmes.

Il y a aussi 

Le bhajan

Le bhajan parfois appelé kirtan désigne tout type de chant dévotionnel, le plus souvent une prière chantée en l’honneur d’une divinité.

Le qawwalî

D’origine soufie, nés au Nord de l’Inde au XIVe siècle, ces chants dévotionnels dédiés à Allah se classent en deux groupes : les hamd et les manqabat.

Le ghazal

Ce sont les chants d’amour dédiés à la femme dans la tradition musulmane venue de Perse. A résonance parfois mystique, ils n’ont qu’un couplet et sont quelques fois chantés sur un rythme syncopé. Si on les retrouve dans tout le monde musulman, ils ont été, en Inde, traduits en ourdou.

Les Bâuls, les fous de Dieu…

Les Bâuls (fous en bengali) désignent des groupes de musiciens nomades qui parcourent le Bengale et le nord de l’Inde en chantant des chants religieux et mendiant pour assurer leur subsistance. Ils adhèrent à une philosophie proche du poète et philosophe Kabîr. Les Bâuls ont influencé la poésie de Rabindranath Tagore. Il n’y a pas encore si longtemps, lorsqu’il n’y avait encore ni TV ni radio, le seul moyen de diffusion de la culture était par les gens itinérants, tels que les Bâuls. Pendant des millénaires, ils ont permis la transmission de la connaissance à toutes les couches de la société.

Pour allez plus loin :

  • Alain Daniélou, La Musique de l’Inde du nord, Paris, Éditions Buchet-Chastel, 1985.
  • Alain Daniélou, Origines et pouvoirs de la musique, Éditions Kailash, 2003. (ISBN 2842680901)
  • Alain Daniélou, Musiques et danse de l’Inde, Éditions Michel de Maule, 2007. (ISBN 2876232200)

Site web :

Hinustani Raga Sangeet Online : http://www.moutal.eu/index.php Site bilingue FR/EN, rares archives audio et vidéo à partir de 1902 ; émissions de radio sur les ragas.

Musiques de Bollywood :