Avidyā

« Revenir à l'index du lexique

l’ignorance ; la non connaissance ou la connaissance viciée.

il y a quatre aspects à la non-connaissance :

  • Le premier, c’est asmitā, c’est l’élément du « je » qui nous pousse sans cesse : « je dois le battre », «  je suis le plus grand », « je sais que j’ai raison », «  je ne peux me tromper »,…
  • Le second, c’est rāga, l’attachement ou le désir, nous désirons aujourd’hui quelque chose qui nous a donné du plaisir hier bien que nous n’en ayons pas besoin
  • Le troisième, c’est dveṣa (द्वेष), qui est en quelque sorte l’opposé de rāga, mais avec des effets différents. Lorsque l’on n’obtient pas ce que l’on désire, on se met à le détester ou on traverse une expérience déplaisante qu’on ne souhaite pas répéter.
  • Le quatrième, abhiniveśa (अभिनिवेश ) qui est à l’origine de la peur. C’est là l’aspect le plus mystérieux d’avidya. Quelle que soit sa source, abhiniveśa a des ramifications à tous les niveaux de notre existence quotidienne. Nous nous sentons fragilisés. Nous éprouvons de la peur dans notre existence. Nous craignons le jugement porté sur nous par autrui ou par nos proches. Nous sommes perturbés lorsque notre manière de vivre est menacée. Nous refusons de faire face à la vieillesse. Tout cela a sa source dans abhiniveśa, le quatrième enfant d’avidyā. Ce sont ces quatre enfants, séparément ou combinés, qui nous empêchent de voir clairement.
« Revenir à l'index du lexique